Bonjour,

 

img173

Le fils rêve de nouveau que c'est une fille. La mère ne savait que penser et lui dit :"Moi, je lui demanderai de coucher avec moi, et alors je m'en assurerai. Si c'est une fille, vous vous marierez; si c'est un homme, je le ferai avec lui". Cette dame dit donc au faux prince s'il voulait coucher avec elle. Le prince lui dit que oui, certainement. Quand le soir est venu, ils vont au lit tous les deux. La dame lui touche les seins et les trouve durs; elle allume de la lumière pour mieux s'en assurer, et voit que c'est véritablement une fille. Elle va dire à son fils que le prince sera pour lui s'il veut; que c'est vraiment une fille, et bien charmante et bien faite.

Le jeune homme la demande donc tout de suite pour femme. Cette dame aussi le veut. Ils se marient au milieu de fêtes superbes.

Après le mariage , la jument blanche dit à l'épouse qu'elle n'a plus besoin d'elle et qu'elle voudrait aller à l'autre monde. Mais avant de partir, elle lui donne un chirola (instrument de musique rustique) et lui dit :"Si tu es peinée en quoi que ce soit, il te suffira de jouer de ce chirola, et je viendrai tout de suite pour t'aider." La jument s'en va.

Le monsieur et la dame vécurent heureux avec leur mère, et avec le temps, ils eurent deux garçons. Ils étaient déjà grandelets, lorsqu'arriva la nouvelle que tous les hommes devaient aller à la guerre. Cette nouvelle les attrista beaucoup et le monsieur reçut aussi de la cour l'ordre de partir. Toute la famille est dans un grand chagrin. Et le père part.

 

Quelques temps après, les sept années sont écoulées, et voici que les temps de notre Diable sont accomplis. Il sort de l'enfer et va à l'endroit où était sa femme.Elle se trouvait à regarder ses garçons qui s'exerçaient au sabre et à l'épée. Il entre dans cette maison, va à sa femme et lui dit :"Suis-moi à l'instant, au lieu d'une, je vais en avoir trois". La belle mère était là, elle eut tellement peur qu'elle ne put dire un mot.

Ils partent donc en silence et vont, vont. Quand ils furent arrivés dans une forêt noire, la dame vit trois gibets et pensa tout de suite qu'ils étaient pour elle et ses enfants. Le Diable lui dit qu'ils allaient mourir. La dame lui dit alors :"A quelqu'un qui va mourir on ne refuse rien; laissez-moi, je vous prie, jouer un peu de ce chirola à mes enfants". Il lui répond que oui.A peine a-t-elle commencé à jouer qu'apparaît la jument blanche. Elle dit au Diable :"Tu n'auras pas ce que tu veux, je suis ici pour l'aider" et ajoute :"Terre, ouvre-toi, et retiens pour jamais ce terrible Diable dans tes entrailles". Le Diable disparut pour toujours. 

La jument dit :"Maintenant, tu n'as plus à avoir peur de lui, repartons à ta maison avec tes enfants". Fifine lui répond :"Non, ma belle-mère m'a vue sortir à la suite de cet homme, que dirait-elle?" Alors la jument lui donne un petit bâton et lui dit :"Touche la terre avec cela, tu auras une belle maison et devant une fontaine d'or éblouissante". Et la jument s'en va.

 

La guerre finie, le monsieur revient chez lui. Il dit à sa mère que s'il ne retrouve pas sa femme et ses enfants qu'il mourra. Il part et arrive dans une forêt. Là, il voit les trois potences et pense tout de suite que sa femme et ses enfants ont été pendus là. Il monte au gibet pour se pendre et voit quelque chose qui brille beaucoup au loin. Il se dit :"Il est mieux que j'aille d'abord voir ce qu'il y a là".

Il s'avance vers ce qu'il a vu et arrive ainsi devant un beau château. Il entre et demande un verre d'eau. Le mari et la femme se reconnaissent et s'embrassent avec grand plaisir.

Fifine lui raconte toute son histoire et pour qu'il ait plus de foi en elle, elle joue de nouveau du chirola et la jument apparaît, qui raconte l'histoire tout à fait comme Fifine l'a dite et, ayant pris la forme d'une colombe, s'en va vers les cieux.

Le monsieur partit chercher sa mère car ici, ils ne manqueraient de rien avec la fontaine d'or.

Ils vécurent très heureux. Et s'ils vécurent bien, ils moururent bien.

 

 

 

A bientôt

 

 

Amatxi

 

 


Retour à l'accueil